Les Voyageurs de l'Imaginaire


Un hommage à Pierre Bottero
 
AccueilFAQRechercherGroupesMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un mystérieux compagnon

Aller en bas 
AuteurMessage
Foxinfire
Serviteur de la Dame
avatar

Age : 24
Féminin

Messages : 112
Date d'inscription : 13/08/2012

MessageSujet: Un mystérieux compagnon   Mar 28 Aoû - 21:13

Un bruit.
Léger, discret.
Comme celui d'un animal tapi dans un buisson, prêt à l'attaque.
Les muscles d'Einkurt se raidissent. Lui aussi, il est prêt à l'attaque. Ou plutôt à la défense.
Après tout, il était l'un des nombreux guerriers Thüls assurant la sécurité de cette caravane de marchand. Voilà six jours qu'ils avaient entamé leur voyage vers le Nord. Jusque là, tout s'était bien déroulé, ce qui était normal. Mais maintenant, ils entraient dans la partie sauvage du voyage, là où il y a plus de bêtes sauvages (Rhaïs y compris ) que d'êtres inoffensifs.
Ce bruit représentait donc la première menace (si on pouvait appeler ça comme ça ) du voyage. Mais il représentait surtout une excellente occasion pour Einkurt de se défouler un peu. Il y avait peu de chance qu'il s'agisse d'un animal représentant un réel danger, mais mieux valait être prudent.
Einkurt décida donc d'aller vérifier.

Une petite boule de poil se cachait sous une feuille, pas plus grosse qu'une souris. Il se baissa pour l'observer, puis avança doucement une main.
Un sentiment curieux l'avait poussé à se pencher pour le toucher, et lorsqu'il avait approché sa main, il avait sentit un apaisement soudain.
Comme si l'animal était entouré d'une sorte d'aura protectrice, qui le maintenait dans la sérénité et le calme constamment.
La colère.
La violence.
Deux sensations qui l'habitaient, lui, en permanence. Il se sentait comme si quelqu'un l'avait chargée d'énergie, et que cette énergie restait dans son torse, ne demandant qu'à en sortir de la manière la plus brutale possible. Alors il devait se contrôler, maintenir cette énergie en lui sans qu'elle ne le détruise, ni le pousse à détruire. Une seule chose l'apaisait : Faire du sport, s'épuiser.
Quand il sentait ses muscles se contracter sous l'effort, son cœur battre, son rythme respiratoire augmenter et ses poumons le brûler, il se laissait aller, oubliait tout. Et surtout, il se sentait bien. Comme s'il s'était vidé de son énergie.
Il y était presque, lorsqu'elle disparut soudainement. Disparut, c'est bien le mot car il s'agissait en fait d'un chuchoteur, un petit animal capable de faire le pas sur le côté.
Le chuchoteur, lui avait apporté le temps d'une seconde, un apaisement. Il s'était senti calme et il aurait voulut ressentir cet apaisement encore, en le gardant près de lui.

Un peu étonné, il revint vers la caravane.
Regard curieux de son compagnon de route.
" Une envie pressante ! mentit-il "
Oui, car un puissant guerrier Thül attendri par un petit animal, ça le faisait moyen, surtout d'un point de vue Thül.


Mais bon, assez pensé à cette petite boule de poil, la chasse l'attendait.

*#*#*


La chasse.
Einkurt adore ça, la sensation que lui procure la traque, quand sa proie ne pense qu'à une seule chose, la survie, et qu'elle se donne à fond. Il préfère quand elle lui donne du fil à retordre, lorsque l'équilibre de la nature est respecté, que l'issue du combat n'est pas prévisible, que tout n'est pas joué d'avance. Bizarrement, il aime autant être le chasseur que le chassé. Car ce qu'il aime, c'est courir dans les bois. Sentir le vent sur son visage, les branches craquer sur son passage, les feuilles se soulever en virevoltant pour se poser quelques mètres plus loin.
Se sentir vivant.
Le siffleur qu'il poursuit depuis bientôt vingts minutes commence à s'épuiser. Certains signes ne trompent pas, il est maintenant sûr de ramener de la viande pour le repas. D'ailleurs son ventre gargouille. Le siffleur arrive dans une clairière, l'endroit parfait pour qu'il passe à l'attaque. Einkurt prend son arc sur son épaule et encoche sa flèche.
Inspiration
Expiration
Doigts qui se relâchent
Flèche qui s'envole vers son but. Et qui l'atteint.
Le siffleur s'écrase au sol, dans un bruit sourd. Einkurt s'approche doucement, remarque que la poitrine du siffleur se soulève. Il l'achève donc d'un coup de poignard, dans un long gargouillement de sang, le dernier. Il reprend sa respiration, et en profite pour regarder autour de lui.
La clairière est plutôt grande, et la hauteur des arbres permet encore au soleil de passer. Tout autour de lui, il entend des bruissements, des gazouillis d'oiseaux. La forêt est vivante.
Les arbres, tous différents , bataillent pour avoir le plus de soleil possible. Les plus hauts ont laissés pousser leurs branchages, faisant de l'ombre à leurs camarades plus petits, ce qui leurs donnent un aspect ébouriffé. Au sol, l'herbe est rase, sûrement entretenue par quelques animaux herbivores.
Prenant conscience qu'il s'est assis, Einkurt se relève et ramasse le siffleur. Aussi belle que soit la clairière, aussi calme soit-elle, il a faim … et les itinérants aussi sûrement. Il prend donc le chemin du retour,en prenant soin de noter dans sa tête les petits détails du trajet, pour pouvoir enrichir la forêt qu'il entretient dans son imagination. Sur une branche, une feuille plus jaune que les autres, qui ne va pas tarder à tomber. Sur une autre, un fruit à la forme étrange, de couleur rouge vif. Sur une autre encore, un chuchoteur. En haut d'un arbre, un nid d'oiseaux. Un chuchoteur ? Einkurt fait demi-tour, rapidement. Il se souvient de la branche sur laquelle il a aperçut le chuchoteur, parce qu'elle a une forme d'épée, mais là il n'y a plus rien dessus. Il reprend son chemin, troublé. A t' il réellement vu le chuchoteur, ou bien l'a t 'il seulement imaginé ? Il ne le saura sûrement jamais. En tout cas, il arrive maintenant vers le campement. Laissant ses pensées de côté, il lève le siffleur à l'intention des itinérants, qui l'accueillent avec joie.



*#*#*

Le repas avec les Itinérant se déroule de manière détendue, joyeuse et un voyageur joue même avec une sorte de petite guitare, accompagnant de sa musique les danses autour du feu. Les Itinérants sont des bons vivants, qui aiment la fête et qui n'aiment pas la routine d'une maison, d'un village. Chaque voyage qu'ils effectuent est unique en son genre: des itinéraires différents, des endroits différents, perdus, isolés mais d'une beauté sauvage, impressionnante. Et de nouveaux compagnons, tous aussi joyeux les uns que les autres, et qui apportent leurs connaissances, leurs propres histoires.
*
Einkurt prend le premier tour de garde. Il s'assoit sur un rocher, au pied d'un arbre, pendant que ses compagnons vont se coucher. Seuls cinq Thüls et un marchombre restent éveillés. Les étoiles sont déjà hautes dans le ciel, lorsqu'une petite boule de poils, pas plus grosse qu'une souris apparait. Un chuchoteur. Son chuchoteur. Il ne sait pas pourquoi, mais il sent que son destin est lié à ce petit animal. Il a des yeux d'un marron profond, comme lui.
Le chuchoteur est à un mètre de lui, mais Einkurt ose à peine respirer, de peur qu'il s'en aille.
Petit à petit, l'animal vient vers lui. Doucement d'abord, puis de plus en plus rapidement. Arrivé à 20 cm de lui, il finit par sauter pour venir se nicher contre son cou.
Einkurt est surpris. Il n'ose plus bouger. Ironie du sort : un puissant guerrier Thül immobilisé par une petite souris ! Il prend quand même soin de regarder autour de lui doucement pour voir si personne ne le voit. Mais tout le monde est occupé à veiller, à surveiller le camp.
Il entend un léger bruit. Se pourrait-il que ...? Mais oui, c'est bien le chuchoteur, endormi sur son cou, qui émet un léger ronflement. Einkurt sourit, attendri par le petit animal. Ses muscles se relâchent, il se sent bien. Cela fait longtemps qu'il ne s'est pas senti aussi apaisé, si l'on excepte la rencontre avec le petit animal deux jours plus tôt.
Il ne sait depuis combien de temps il est là, quand un de ses camarades vient prendre la relève. Aussitôt, le chuchoteur disparait. Ebahit par sa soudaine disparition, il salue le Thül et retourne au campement se coucher. Tellement ébahit qu'il ne voit pas Sayanel, le marchombre, le suivre du regard, avec un petit sourire en coin. Car les marchombres voient tout.
Einkurt trouve une place près du feu et s'y étend. Il se plait à rêver que le chuchoteur est la, contre lui, puis finit par s'endormir.


Dernière édition par Foxinfire le Dim 24 Aoû - 13:48, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lolo
Serviteur de la Dame
avatar

Age : 25
Féminin

Messages : 145
Date d'inscription : 16/08/2012

MessageSujet: Re: Un mystérieux compagnon   Mer 7 Nov - 19:36

"Les muscles d'Einkurt se raidissent." on ne dirait pas plutôt "se raidirent"? le temps utilisé dans te phrase m'a fait buter dessus pendant la lecture.. enfin tout ton paragraphe est au passé, du coup il vaudrait mieux mettre du passéa cet endroit là aussi, non?

"parce qu'elle avait a une forme d'épée" puisque ton récit est au présent, autant le garder :) et puis, je pense que la branche a toujours encore cette forme d'épée, du coup c'est le présent de vérité générale... ou quelque chose comme ca :P enfin je crois!

"En tout cas, il arrivait maintenant vers le campement." tout le texte de la chasse est au présent, est ce qu'il est vraiment nécessaire de mettre de l'imparfait ici ou est ce que le présent est mieux adapté pour ne pas casser le rythme? quelque chose "de toute facon, il arrive au campement" ou un truc du genre... enfin à toi de voir! mais ca fait bizarre de changer de temps comme ca au milieu.

et juste une question, c'est bien voulu de ta part que la première partie du texte soit au passé et la deuxième au présent, non? juste pour m'en assurer :) j'étais un peu confuse au début je ne m'attendais pas à ca xD

à part quelques temps qui me posent un peu "problème" j'ai rien à redire :) ton texte est super!

__________________________________
"Qu'est ce qu'on donne quand on ne donne pas son temps?"
"Ce n'est pas le but qui compte, c'est le chemin."
Danse avec lui


"Le Doute est une force, une vraie et belle force.
Veille simplement à ce qu'elle te pousse toujours vers l'avant."
Pierre Bottero
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/acoeurperdu
 
Un mystérieux compagnon
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je suis le voyageur mystérieux
» Le mystérieux carnet de Gaston
» Comic-book mystérieux Septembre 2011
» 27 août 1830 : Le crime mystérieux de Saint-Leu
» Petit vaisseau mystérieux (Cloud Car de l'Empire Contre Attaque)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Voyageurs de l'Imaginaire :: Les productions :: Le showroom :: Histoires-
Sauter vers: