Les Voyageurs de l'Imaginaire


Un hommage à Pierre Bottero
 
AccueilFAQRechercherGroupesMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le prix des rêves

Aller en bas 
AuteurMessage
Milya
Hérault de l'Empereur
avatar

Age : 22
Féminin

Messages : 60
Date d'inscription : 13/03/2013

MessageSujet: Le prix des rêves   Lun 22 Juil - 11:44

Prologue

Les yeux de la petite fille s'écarquillèrent d'effroi et elle plaqua les mains sur sa bouche, comme pour se forcer à se taire.
-- Je ne dois pas te parler ! s'exclama-t-elle au bord des larmes.
-- Mais... pourquoi ? s'étonna le garçonnet qui lui faisait face.
-- Parce que tu es différent, tu n'es pas comme moi...
-- Bien sûr que si je suis comme toi! s'offusqua-t-il.
Une pointe de soulagement commença à percer au coeur de l'angoisse noyant les yeux de la fillette.
-- C'est vrai ?
-- Bah oui, pourquoi je serai différent ?
-- Alors je peux te parler ?
Le garçon grimaça.
-- Vu que t'as dit que tu pouvais m'aider à retrouver ma maman, ça m'arrangerait quand même un peu.
La petite fille eut un mince sourire, sa peur pas encore tout à fait disparue, et elle prit la main de son camarade pour l'entraîner en-dehors de la place ensoleillée.
-- La dame que ta maman doit aller voir habite par là. Je connais bien le coin, je vais te montrer.
Les deux enfants s'élancèrent dans le dédale de ruelles, le petit garçon s'agrippant à la main de son amie comme à une bouée. Elle était la fée qui allait le ramener à sa maman, il avait confiance. Il renonça d'ailleurs à tenter de retenir le chemin, la Ville Cendre était un véritable labyrinthe. La fillette s'immobilisa soudain devant une maison un peu plus grande que celles alentours, un peu plus claire.
-- C'est ici, murmura-t-elle. Mais tu es sûr que ta maman est là ? Elle devrait être en train de te chercher non ?
Le garçonnet secoua la tête en signe de négation et sourit.
-- Merci, tu as été géniale.
Il hésita puis:
-- Tu crois qu'on se reverra ?
Question chuchotée. Espoir fragile qui se solidifia dans le large sourire de son amie.
-- Peut-être. Ça serait chouette. Je m'appelle Elaine et toi ?
-- Ishnaï, répondit-il en songeant qu'Elaine était un bien joli prénom.
Le sourire de la fillette s'élargit encore et elle se mit sur la pointe des pieds pour l'embrasser sur la joue avant de partir en courant. Ishnaï sourit à son tour, un sourire rayonnant, un sourire d'enfant, puis frappa timidement à la porte. Étrangement, il était un peu déçu d'avoir retrouvé sa mère si vite.

oOo


Ishnaï sourit en repensant à ce vieux souvenir. Il avait six ans alors et avait insisté auprès de sa mère pour qu'elle l'emmène dans la Ville Cendre avec elle. Elle avait d'abord hésité, n'ayant pas envie de s'encombrer de son fils alors qu'elle était déjà si agacée de devoir se rendre dans cette partie d'AnkNor. Elle avait cependant cédé contre sa promesse d'être sage et d'arrêter de dessiner sur les murs. Il avait promis, le sourire aux lèvres, songeant qu'il n'aurait qu'à se rabattre sur le plancher.
La Ville Cendre représentait déjà un formidable lieu d'aventures pour le petit garçon qu'il était. Depuis toujours, il aimait rêvasser, imaginer qu'au lieu du petit filet d'eau boueuse, il franchissait une impétueuse rivière aux milliers de remous, que cette simple promenade en ville était en réalité une expédition dangereuse ordonnée par le Roi, que la rue qu'ils empruntaient était une contrée encore inexplorée... Ce jour-là, il avait dû éviter la charge d'une imposante bête sauvage en se cachant derrière un étalage puis franchir un imposant fossé requérant tout son attention. C'est ainsi qu'il avait perdu la trace de sa mère. Il avait paniqué, cherchant dans la foule, courant pour tenter de la rattraper, jusqu'à se perdre complètement. Il était arrivé dans une petite place ensoleillée, entourée de ruelles sombres qu'il ne connaissait pas, sans savoir par où il était passé. Il s'était alors arrêté et avait commencé à pleurer, persuadé que personne ne le retrouverait jamais.
Elaine était arrivée à ce moment et l'avait abordé avec son tact légendaire. Elle avait eut peur quand il lui avait annoncé où il se rendait avec sa mère, devinant qu'il appartenait à une famille de Perles. Elle avait raison mais ces notions étaient alors étrangères à Ishnaï et il n'avait pas compris sa réaction. Il l'avait rassurée, mentant sans le vouloir, et Elaine l'avait alors guidé jusqu'à la maison tant recherchée. Sa mère n'avait pas paru surprise de le voir. Pas vraiment soulagée non plus. Comme si elle n'avait jamais douté que son fils arriverait à trouver son chemin. Il ne lui avait pas parlé d'Elaine et lorsqu'ils étaient rentrés chez eux, il avait saisi un crayon et commencé à dessiner sur le plancher de sa chambre, songeant à sa nouvelle -sa première- amie.

__________________________________


“When the storm breaks, each man acts in accordance with his own nature. Some are numb with terror,some flee, some hide,and some spread their wings like eagles and soar on the wind.”
Dr John Dee, Elizabeth the Golden Age


Dernière édition par Milya le Mer 21 Aoû - 22:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milya
Hérault de l'Empereur
avatar

Age : 22
Féminin

Messages : 60
Date d'inscription : 13/03/2013

MessageSujet: Chapitre 1   Mer 21 Aoû - 21:59

-- Elaine, qu'est-ce que tu fais ici ?
-- Secret Leniel, rétorqua joyeusement la jeune fille.
-- Je parie que c'est pour me voir.
-- Dans tes rêves! Qui traverserait la moitié de la ville juste pour te voir ?
-- Melie par exemple. Il y a à peine deux jours.
-- Parce que tu lui devais de l'argent, nigaud.
-- Que tu es cruelle, fit mine de se vexer son ami. Alors si ça n'est pas pour moi, pourquoi es-tu venue ?
-- Franchement Leniel, je sais que la notion de "secret" ne t'es pas très familière mais je pensais quand même que tu pourrais comprendre.
-- C'est ton frère qui t'envoie je suppose ?
-- Salut Leniel, j'ai été ravie de te revoir !
-- Attends, tu ne m'as pas dit...
Mais Elaine avait déjà disparu au milieu de la foule et Leniel fut condamné à s'interroger sans espoir de réponses. La jeune fille continua son chemin jusqu'à la maison que lui avait indiqué Hainiyan. Elle frappa à la porte en bois et une vieille femme à l'air grincheux vint lui ouvrir.
-- Bonjour, je suis Elaine Siménas, je viens de la part de mon frère Hainiyan... Vous savez, pour prendre les mesures.
La vieille dame lui fit signe d'entrer d'un mouvement de tête et Elaine pénétra dans la petite habitation obscure.

oOo

-- Ishnaï, si tu ne descends pas tout de suite, tu vas m'entendre !
Le jeune homme leva la tête de son dessin en entendant la voix de sa mère. Elle semblait vraiment énervée cette fois et il jugea plus prudent de ne pas la faire attendre plus que nécessaire. Il soupira et saisit son sac en toile avant de dévaler les escaliers. Sa petite soeur était déjà attablée, les yeux plongés dans son bol de lait. Il lui ébouriffa les cheveux en passant, sachant à quel point elle détestait cela.
-- Alors crapaud, comment ça va ?
-- Maman ! hurla Melvi d'une voix stridente. Ishnaï m'embête encore !
Sa mère apparut sur le seuil de la pièce, visiblement exaspérée.
-- Ishnaï, tu ne pourrais pas faire un effort et être gentil avec ta soeur pour une fois ?
Le jeune homme leva les yeux au ciel et haussa les épaules. Il saisit une pomme et se dirigea vers la sortie.
-- Où est-ce que tu vas ?
-- En cours, je risque d'être en retard.
-- Si tu n'avais pas tant traîné aussi... Et bien, qu'est-ce que tu attends ? File !
Ishnaï ne se fit pas prier et sortit de chez lui sans attendre. Il salua les quelques Cendres qu'il croisa sur son chemin et franchit le portail séparant leur demeure de la rue principale. Il pressa le pas pour atteindre l'Ecole des Aspirants au plus vite. Il risquait vraiment d'être en retard, surtout s'il se perdait encore dans les couloirs, et Don Thufil n'était pas réputé pour sa bienveillance envers les retardataires.

oOo

Elaine sortit quelques heures plus tard et inspira une profonde bouffée d'air frais. Une seconde de plus et elle se serait mise à hurler et à courir dans tous les sens en espérant tomber sur la sortie tellement l'atmosphère était étouffante à l'intérieur de la bicoque. Ce qui aurait été regrettable car Hainiyan n'aurait pas manqué de se fâcher après elle s'il apprenait qu'elle avait ruiné un contrat en passant pour une folle dérangée auprès des clients. Et ils ne pouvaient pas se permettre de perdre une seule affaire alors que l'argent était si rare. Elle se pressa en direction de l'atelier, craignant d'être en retard. Hainiyan n'était pas de bonne humeur ce matin et elle n'avait pas spécialement envie de subir sa colère. Elle se surprit néanmoins à sautiller gaiement sur le chemin. Le soleil était radieux en ce jour et ses rayons réchauffaient doucement son visage, l'air frais et parfumé de cette belle mâtinée emplissait ses poumons et le vent lui chuchotait à l'oreille des secrets dont elle ne se souciait guère. La journée était si belle, la menace d'une colère noire de son frère aîné ne suffisait pas à dissiper le bonheur qui envahissait son coeur.

oOo

Ishnaï s'installa tranquillement pour le cours d'histoire, à côté d'une fenêtre offrant une superbe vue sur la Ville Perle. Il avait dû se presser pour arriver à l'heure et avait été agréablement surpris de trouver cette place libre. Il sortit ses stylos et un bout de parchemin afin de prendre quelques notes, l'histoire étant une des rares matières pour lesquelles il éprouvait un minimum d'intérêt. Don Thufil pénétra dans la salle et les bavardages cessèrent aussitôt tandis que la porte se refermait derrière lui, condamnant les éventuels retardataires. Ishnaï jeta un regard envieux vers les ruelles illuminées de la Ville Perle et se prépara à supporter une journée entière de cours alors que le temps invitait aux déambulations rêveuses dans la capitale jurilane. Heureusement, il avait peu de matière réellement soporifiques aujourd'hui.

oOo

-- Qu'est-ce que tu fabriquais encore ?
-- Rien Hainiyan, je suis rentrée directement mais les mesures étaient longues à prendre. J'ai l'impression que ta cliente ne comprenait pas toujours ce que je le lui demandais.
Son frère se contenta de grogner et lui indiqua le fond de la pièce vers lequel Elaine se dirigea sans se presser. La voix moqueuse d'Ermar, son deuxième frère, s'éleva soudain:
-- Tu connais Elaine, Hainiyan, elle est juste lente au naturel. Faut dire qu'avec son genou...
Merin, son dernier frère, éclata de rire tandis qu'Hainiyan se fendait d'un sourire tout aussi moqueur que celui ornant le visage d'Ermar. Elaine rougit violemment, à la fois de colère et de honte, et se retourna.
-- Et qu'est-ce qu'il a mon genou ? siffla-t-elle, furieuse.
-- Il est cassé, voilà ce qu'il a, rétorqua Merin avec un rire narquois. C'est plus un poids mort qu'autre chose en fait...
-- Ça fait des jours que je n'ai plus boité!
-- La preuve quand on voit l'heure à laquelle tu es rentrée, intervint Ermar.
-- Je te dis que je n'ai pas boité! C'est la cliente qui ne comprenais rien!
-- Ça suffit Elaine!
La voix d'Hainiyan avait claqué, sèche. Il leva sur elle un regard aussi sombre que du charbon et la jeune fille regretta aussitôt d'avoir réagit aux moqueries de ses frères. Elle aurait dû savoir, depuis le temps, que ça n'était pas la peine de répondre et que le mieux était de se faire oublier. Seulement, c'était plus fort qu'elle et ses frères le savaient très bien, profitant largement de sa susceptibilité.
-- Tu m'agaces avec tes jérémiades, reprit Hainiyan, et en plus tu manques de respect à ma cliente. Alors soit tu te calmes immédiatement et tu te fais oublier jusqu'à nouvel ordre, soit tu sors de mon atelier avant que je ne te frappe.

Elaine sentit que la menace était bien réelle et jugea plus sage de ne pas insister. Elle tourna les talons et sortit de l'atelier sans se faire prier, incapable de supporter plus longtemps l'atmosphère glaciale de la pièce. Plus le temps passait, plus ses relations avec ses frères se dégradaient et ce genre d'altercations étaient malheureusement de plus en plus fréquentes depuis qu'Hainiyan était devenu le chef de leur famille.
Elle inspira une profonde bouffée d'air frais et offrit son visage au soleil, laissant le vent dissiper ses soucis et laver son coeur.

oOo

Une sonnerie stridente retentit, faisant sursauter Ishnaï. Il était une fois de plus partit dans ses pensées, ennuyé par les cours de politique, et n'avait pas vu le temps filer. Il sortit de la salle et soupira de soulagement en réalisant qu'il avait achevé son dernier cours de la journée. Le soleil était encore haut dans le ciel et il avait le temps d'errer dans AnkNor avant de rentrer chez lui. Il avait rendez-vous avec Elaine dans la soirée aussi se dirigea-t-il vers la Ville Cendre avec empressement.
Il fut néanmoins surpris par l'agitation qui semblait régner dans AnkNor alors qu'il se rendait vers la frontière séparant la capitale en deux mondes opposés. Nul ne se rendait vers la Ville Cendre, au contraire les Perles se dirigeaient avec précipitation dans la direction opposée. Toutes murmuraient entre elles et l'indignation était visible sur bien des visages. Toute cette activité était inhabituelle, surtout à cette heure de la journée alors que de nombreux Aspirants se rendaient dans la Ville Cendre pour se détendre après les cours et Ishnaï accéléra le pas, intrigué.
Il parvint finalement à la frontière invisible séparant les Cendres des Perles et fut surpris d'y voir des gardes de son côté. L'accès à la Ville Perle était strictement interdit aux Cendres et des gardes étaient postés en permanence pour empêcher toute infraction mais c'était sans doute la première fois que le passage était également interdit pour les Perles. L'ordre devait émaner de la famille royale ou d'une autre puissante famille et Ishnaï se demandait quels pouvaient en être les motifs.
-- Jeune homme, je dois vous demander de vous éloigner. L'accès est interdit à quiconque jusqu'à nouvel ordre.

Ishnaï leva les yeux vers le garde qui venait de l'interpeller, aussi imposant qu'une montagne, et obtempéra. Il tourna les talons après un dernier regard à la Ville Cendre et s'engagea dans une ruelle adjacente. Il ne comprenait pas ce qui se passait et aurait donné cher pour se faufiler dans la partie désormais interdite d'AnkNor. Il connaissait d'autres passages et pourrait sûrement s'y rendre sans trop de difficultés, cependant s'il se faisait prendre par un garde, il risquait de passer une bien mauvaise soirée et cette possibilité le faisait frissonner. Il hésitait à se lancer dans l'aventure lorsqu'une voix familière le héla.
-- La curiosité est un bien vilain défaut, jeune Aldérida. Et qui peut mener sur de bien dangereux sentiers.
Ol Hil'Junil, le fou du roi, lui faisait face, son sempiternel sourire teinté de tristesse aux lèvres.

__________________________________


“When the storm breaks, each man acts in accordance with his own nature. Some are numb with terror,some flee, some hide,and some spread their wings like eagles and soar on the wind.”
Dr John Dee, Elizabeth the Golden Age
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le prix des rêves
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [LIEN] microsd 8 GO classe 6 à prix gratos
» [Vendue] Rolex Date Just 16014 Baisse de Prix 1800 €->1600€!
» Cuttlebug à embosser pour le prix d'une feuille de canson
» Prix des livres
» [Dossier] MicroSDHC - Ou l'acheter & à quel prix ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Voyageurs de l'Imaginaire :: Les productions :: Le showroom :: Histoires-
Sauter vers: